Mémoire d’étude et de recherche

Saviez-vous que l’arrêté du 15 avril 1997 fixe les modalités du classement des conservateurs stagiaires ? Eh oui, nous sommes notés et classés à l’Enssib, même si aujourd’hui ce classement a moins d’importance que par le passé. Mais aujourd’hui, je souhaite parler d’une des épreuves qui servent au classement : le mémoire d’étude et de recherche.

C’est le passage obligé pour tout conservateur. Il s’agit d’un travail à mener sur l’année, avec l’aide d’un directeur de mémoire. L’idée est de faire de la « recherche appliquée », c’est-à-dire de prendre du recul et d’avoir une réflexion sur une problématique métier, tout en ayant une approche ouverte et concrète. Vous pouvez trouver ceux qui ont eu une note supérieure à 14 dans la bibliothèque numérique de l’Enssib (ceux qui ont plus de 17 ont des petites palmes, comme au festival de Cannes).

giphy.gif

Élève DCB ayant reçu les palmes de l’Enssib.

Avant cela, il va falloir choisir un sujet, ce qui vient d’être fait dans notre promotion. L’Enssib en propose un certain nombre, provenant de professionnels des bibliothèques ou d’autres structures. Mais il est également possible d’en proposer personnellement qui seront examinés attentivement. Excité par cette idée, j’en avais proposé quatre, issus de réflexions personnelles, d’interrogations ou d’envies. Pour différentes raisons, aucun d’entre eux ne sera traité cette année. Alors autant les partager avec vous.

La motivation des personnels

Mon argumentaire officiel

Le Petit Robert définit la motivation comme « [l’]action des forces (conscientes ou inconscientes) qui déterminent le comportement (sans aucune considération morale) ». Dans ce cadre, il s’agit pour le manager d’agir et de trouver les bon moyens pour maintenir dans son équipe un mouvement continu d’amélioration et de bien-être au travail, le tout visant à rendre un meilleur service tout en étant plus productif. Mais dans un service public, quels peuvent être ces leviers ?

Le contexte peut influencer négativement les forces en action. A côté des crises (financières, politiques, humaines) se trouvent aussi des phénomènes d’usure dus à un manque de changements (absence de projet d’établissement, d’objectifs, d’évolutions). Les causes de baisse, voire de disparition de la motivation peuvent être nombreuses et frapper de manière brutales les agents. Les attentes et les comportements variant d’un individu à l’autre, comment agir face au groupe ? Faut-il personnaliser l’accompagnement pour une meilleure motivation ?

Les missions des bibliothèques, qu’elles soient territoriales ou d’État, sont également interrogées par leurs tutelles respectives. Dans un contexte en constante évolution, où les changements peuvent être nombreux et rapides, comment maintenir l’intérêt des personnelles dans leurs missions quand celles-ci sont remises en cause ?

Ce mémoire pourrait donc s’attacher à décrire les outils à disposition pour, dans le contexte de la fonction publique et à travers différentes situations, maintenir un niveau satisfaisant de motivation dans les équipes et indiquer la manière d’accompagner au mieux les agents pour cela.

Ce que j’aurais voulu faire

Eh oui, on a tous des coups de mou de temps en temps, une envie de rien sinon de se planquer dans son bureau. Oui mais voilà, nous ne sommes pas tout seuls à bord du navire : il y a tout un équipage à motiver, même en l’absence de projet. Alors comment on fait sans budget et surtout sans objectifs clairs fixés par sa direction ? Et comment on gère les situations de crises ?

Pour tout cela, j’imagine que j’aurais dû éplucher la littérature sur le sujet et étendre mes connaissances en ressources humaines. Il y aurait aussi certainement eu des entretiens à faire, par exemple auprès de DGS, de responsables des ressources humaines, de managers en bibliothèque et d’agents : ont-ils des recettes miracles ou attendent-ils que cela passe tout seul ? Enfin, il aurait été intéressant de s’appuyer sur des cas concrets.

La difficulté principale aurait cependant consisté dans la préservation d’un certain anonymat. Comment en effet se plaindre de sa hiérarchie, de ses tentatives et de ses échecs ?

L’idée au final aurait quand même été de donner quelques exemples de réussites et quelques clés pour aider les responsables de service. Avec peu, on peut parfois faire beaucoup.

giphy

Tentative de motivation des personnels par la méthode Coué à la BM de X.

Le rire bibliothécaire

Mon argumentaire officiel

Le Petit Robert définit l’humour comme une « forme d’esprit qui consiste à présenter la réalité de manière à en dégager les aspects plaisants et insolites ». Si l’objectif est de déclencher le rire chez l’autre, l’humour a également plusieurs autres fonctions : amuser, détendre, avoir un effet cathartique… Il s’appuie pour cela sur plusieurs ressorts, de l’autodérision à l’absurde.

Les bibliothécaires font régulièrement preuve d’humour et le montrent, que cela soit sur Internet ou dans la presse professionnelle. Cela n’est pas fait dans un but gratuit. Il peut s’agir de renforcer les liens de la communauté professionnelle, en s’amusant de ses manies et défauts. Mais il peut aussi s’agir d’un acte de communication adressé à l’ensemble de la population, avec pour objectif de montrer un bibliothécaire ouvert et relié à la société actuelle. Mais cette manière de communiquer, en partie inspirée du monde commercial, est-elle la bonne manière de procéder ? Et dans quels cadres peut-elle être utilisée : sur les réseaux sociaux, à l’accueil, en interne, en formation… ? Car l’humour a aussi ses règles et ses limites.

Ce que j’aurais voulu faire

Montrer que les bibliothécaires sont drôles bien sûr ! Il y a des tas d’images, de vidéos et d’histoires qui circulent sur la toile à ce sujet. Dans l’idéal, j’aurais aimé avoir trois angles d’attaque :

  • L’humour « intra-professionnel » : il me semble que nous avons beaucoup d’humour sur nous-mêmes et que l’on se moque assez de nos défauts. Cet humour apparaît comme une sorte d’exutoire face aux problèmes rencontrés, à notre incapacité à savoir comment évoluer ou à se décharger de la tension créée parfois par la relation avec l’usager.
  • L’humour « communicationnel » : pour changer notre image, l’humour est utilisé dans certaines campagnes de communication. Est-ce que cela est bien perçu par les usagers et surtout ceux qui ne viennent pas à la bibliothèque ?
  • L’humour sur les bibliothécaires : c’est-à-dire comment l’image des bibliothécaires sert à faire de l’humour dans les médias. J’avoue que sur ce point, je suis surtout marqué par la rencontre de Dilbert avec une bibliothécaire.

Pour appuyer cela, j’aurais bien aimé rencontré et parler avec plusieurs personnes : Mlle Salt of course (en espérant que James vienne me chercher à la gare), le ou les auteurs du Dictionnaire du [diable] des bibliothèques que je lis à tous les externes que je croise, solliciter de sa Haute Bienveillance un entretien avec M. Conservateur Général (en espérant éviter une mutation à Saint-Pierre-et-Miquelon), revenir avec Noëlle Balley sur Le bibliothécais sans peine, etc.

Je réfléchissais aussi à créer une page Facebook sur le sujet et à poster chaque semaine un média humoristique relié aux bibliothèques et d’y joindre un questionnaire pour savoir qui cela faisait rire. L’humour est en effet quelque chose de très personnel et je pense que c’est dans cette subjectivité qu’aurait résidé l’écueil principal de ce sujet.

Enfin, je n’aurais pas manque de me tourner vers les collègues créatifs qui ont réalisé ces vidéos (liste non exhaustive).

 

Image et perception des bibliothécaires dans la société française contemporaine

Mon argumentaire officiel

Après les attentats de 2015, la communauté professionnelle des bibliothécaires s’interroge : pour redonner le goût du vivre ensemble, renouer le lien social, offrir un espace de culture et d’échange, les bibliothèques ne sont-elles pas les mieux placées ? Sur le papier et dans les faits, cela semble être le cas : bâtiments modernes et vitrés, horaires élargis, action culturelle… Ces évolutions ont séduit certaines catégories de la population, qui les fréquentent maintenant assidûment. Elles ont aussi au contraire suscité des réactions de rejet, qui ont conduit à leur destruction.

Mais au-delà de la valeur symbolique de l’institution, cette politique culturelle et cet accueil sont mis en place et tenus par des femmes et des hommes. Ceux-ci donnent une image d’eux auprès des usagers et des tutelles, mais doivent aussi composer avec un imaginaire largement répandu dans la population. Cette image est parfois lourde à porter et en contradiction totale avec la réalité, ainsi qu’avec les valeurs et les actions qu’ils souhaitent porter. Dans ce contexte, la valeur symbolique de la bibliothèque qui marque ceux qui la font fonctionner est-elle un frein à l’évolution des bibliothèques dans un rôle plus social ? L’écart entre la perception de la population des bibliothécaires et la réalité actuelle est-il infranchissable ? Et quels seraient les moyens de le dépasser ?

Ce que j’aurais voulu faire

Eh bien oui, on a des beaux bâtiments, mais quelle image on renvoie de notre profession ? Vous avez tous, je le sais, expérimenté le « Tu fais quoi dans la vie ? », suivi du « C’est cool, moi aussi j’adore lire ! Mais ce n’est pas trop ennuyeux comme boulot ? » (voire du « Et tu fais quoi toute la journée, à part lire ? »). Et à l’heure où nous souhaitons que nos lieux soient le plus ouverts possibles, des lieux de vie, de rencontre, de vivre ensemble, il me semble que la moindre des choses c’est de commencer par s’interroger sur nous-mêmes et de comment nous pouvons nous améliorer. Je ne doute pas que cela soit déjà le cas dans de nombreux endroits, mais il faut que cette nouvelle image se diffuse dans la société pour que les personnes viennent pour le bâtiment et les collections puis reviennent grâce à nous.

La difficulté principale aurait certainement été le nombre de personnes à interroger pour avoir un point de vue assez large que la population actuelle porte sur notre profession. J’aurais aussi pu passer par une analyse des campagnes de communication et étudier leurs retombées sur la fréquentation et les inscriptions dans les établissements. Mais le travail aurait certainement été très (trop ?) lourd à mener en une année.

giphy

Que pensez-vous des bibliothécaires ?

La mémoire d’une bibliothèque : comment garder la trace de l’histoire d’un établissement ?

Mon argumentaire officiel

Certains établissements de lecture publique ont aujourd’hui plusieurs dizaines d’années de fonctionnement. D’autres, au contraire, se sont ouverts récemment. Mais, dans un cas comme dans l’autre, leur architecture répond à un projet précis, leurs missions sont définies par des élus et ont vocation à évoluer, leur activité doit s’adapter à la population desservie et leur équipe changera au gré des mutations, remplacements et départs en retraite.

Ces changements, nombreux et à l’impact plus ou moins forts, vont constituer à terme l’histoire de la bibliothèque. Mais il ne semble pas ou peu exister aujourd’hui de pratiques permettant d’en conserver trace et de la restituer de manière factuelle et fiable.

Quelle est vraiment la réalité dans ce domaine ? Des bibliothèques se sont-elles créées des archives permettant de garder trace de son activité à tout niveau (architecture, action culturelle, personnels, photographies) ? Comment pourrait-on procéder pour cela ?

Ce que j’aurais voulu faire

Vous est-il déjà arrivé de prendre un poste et de ne trouver aucune trace de celui ou celle qui vous avait précédé, sinon quelques éléments transmis par les collègues ? Ou au moment de quitter votre poste, vous êtes-vous demander ce qu’il fallait laisser pour les suivants ? Moi, ça m’est arrivé. Et du coup, cette question de l’histoire d’un établissement traînait dans mon esprit.

Dans l’idéal, j’aurais aimé sélectionner des bibliothèques publiques à différents stades de leur vie (avant l’ouverture, à 5 ans, 10 ans, 20 ans, 30 ans, 40 ans), voir ce qu’elles avaient mis en place pour sauvegarder leur mémoire et relever les « traces » de leur histoire : à quoi servait cette salle à l’origine ? Qui était le premier directeur ? Quelles sont les actions culturelles qui ont eu lieu il y a 10 ans ? Etc… A partir de là, interroger, si cela restait possible, les personnes qui étaient là à l’origine du projet et essayer de déterminer si ce qui était prévu à l’origine avait été préservé ou avait évolué dans un sens très différent. Enfin, j’aurais aimé mettre en place des outils pour aider les établissements à systématiser la conservation d’archives propres à permettre de construire en interne l’histoire d’un équipement.

memory.gif

Quand on se plonge dans l’histoire de sa bibliothèque.

Voilà, il n’est donc pas prévu que ces quatre sujets soient traités prochainement, du moins pas sous cette forme. Je reviendrai certainement sur certains d’entre eux sur ce blog, sous une forme ou sous une autre. Et je vous parlerai prochainement du sujet finalement retenu. Mais ceci est une autre histoire ^^

Advertisements

4 réflexions sur “Mémoire d’étude et de recherche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s